Barack Hussein Obama II, et le rêve américain…

Categories: Actualités,Histoires,Lecture,Nouveautés

Ses origines

Barack Obama (Barack Hussein Obama pour l’Etat-Civil), est né le 04 août 1961 à Honolulu (Hawaï). Ses parents, étudiants à l’Université de Hawaï, se sont mariés l’année précédente. Son père, Barack Hussein Obama Sr. (1936-1982), est un kenyan originaire de l’ethnie Luo élevé dans la tradition musulmane mais non pratiquant. En août 1963, il est accepté à l’université Harvard mais il part seul pour le Massachusetts car la bourse qu’il a obtenue ne lui permettrait pas de subvenir aux besoins de son épouse et de son fils. Le divorce sera prononcé en janvier 1964. Diplômé en économie en 1965, le père de Barack Obama repart au Kenya où il fonde une nouvelle famille. D’abord homme en vue proche du gouvernement de Jomo Kenyatta, il finit par s’opposer aux projets du président. Limogé et boycotté, il sombre dans la pauvreté et l’alcoolisme avant de se tuer dans un accident de voiture en 1982. Barack ne l’aura revu qu’une fois, à 10 ans, lors d’un séjour de son père à Hawaï en 1972. Sa mère, Stanley Ann Dunham (1942-1995), future anthropologue auteur d’une volumineuse thèse sur la vie des forgerons ruraux en Indonésie, est une américaine de confession chrétienne originaire du Kansas, lointaine descendante de Jefferson Davis. Le jeune couple mixte divorce en 1963, deux ans après la naissance de l’enfant, dont le prénom « Barack » signifie « béni » en hébreu et en arabe (le nom « Obama » signifie lui « lance enflammée » dans la langue swahili de son père).

1

Ses études

A l’âge de six ans, Barack Obama va suivre sa mère, qui s’est remariée avec un indonésien cadre supérieur dans le pétrole, L. Soetoro. Il passe à Djakarta, capitale indonésienne, quatre années de son enfance, de 1967 à 1971, effectuant deux ans de scolarité dans une école musulmane puis deux autres dans un établissement catholique. Soucieuse de lui donner une bonne éducation, sa mère l’envoie ensuite chez ses grands-parents maternels à Honolulu afin qu’il soit scolarisé au collège de Punahou, un établissement privé plutôt réservé aux enfants de l’élite blanche. À la sortie du lycée en 1979, Barack Obama suit deux années d’études à l’Occidental Collège de Los Angeles (Californie) avant d’intégrer en 1981 la Columbia University de New York d’où il sort deux ans plus tard avec une licence en Sciences Politiques et en Relations internationales.

2

Il déménage à Chicago où il a décroché un emploi d’analyste d’affaires dans un grand cabinet financier. Mais il abandonne bientôt ce début de carrière prometteur et lucratif pour travailler comme animateur social, payé 800 dollars par mois par une église chrétienne progressiste des quartiers défavorisés. Il travaille alors auprès du pasteur noir Jeremiah Wright, qui deviendra son ami, et se convertit au Christianisme. Il s’engage activement dans un combat contre les inégalités et les discriminations raciales et lutte pour les droits de ses concitoyens noirs.

En 1988, Barack Obama reprend ses études. Il entre à prestigieuse Harvard University pour trois années d’études de Droit couronnées par un diplôme de Juris doctor (doctorat) avec mention magna cum laude (avec grande louange). Il retourne ensuite à Chicago où, de 1991 à 2005, il travaille comme juriste cogérant du cabinet d’avocats spécialisé dans les droits civiques « Davis, mineur, Barnhill et Galland ». Il occupe aussi parallèlement diverses autres fonctions, comme entre autres celles d’éditeur en chef de la prestigieuse Harvard Law Review et de Conférencier en droit constitutionnel à l’Université de Chicago.

 

Son mariage 

En 1992, Barack Obama épouse la juriste Michelle Robinson qu’il a rencontré en 1989 lors d’un stage d’études.

3

Michelle est née en 1964 à Chicago et a grandi dans le quartier de South Shore. Après des études à l’université de Princeton et à la très célèbre faculté de droit de Harvard, dont elle sort diplômée en 1988. Elle travaillera par la suite comme avocate au cabinet Sidley Austin. Très vite son talent et sa force de persuasion lui permettent de devenir l’assistante du maire de Chicago, Richard M. Dale. C’est à ce moment-là ou elle rencontrera Barack Obama. Elle lui donnera deux filles: Malia Ann (née en 1998) et Sasha (en 2001). C’est elle qui pousse son mari, dont l’expérience politique était jusque-là très limitée, à entrer en politique. En 1993, elle devient la directrice générale d’une association à but non lucratif visant à encourager les jeunes à travailler dans des associations à but non lucratif et social. En 1996, elle poursuit cette mission, cette fois en développant le centre de service communautaire en tant que Associates Dean of Student Services à l’Université de Chicago. En 2002, elle devient directrice générale des affaires communautaires de l’hôpital de l’université de Chicago, avant d’accéder, en 2005, au poste de vice-présidente des affaires externes de l’université de médecine de Chicago.

 

Barack, président

4

Le 10 février 2007, Barack Obama se déclare officiellement candidat à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle américaine de 2008, malgré la forte concurrence d’Hillary Clinton. Depuis, il ne cesse de monter dans les sondages, de rallier des soutiens de poids et de récolter des montants records de dons pour financer sa campagne électorale. Il parvient à s’imposer dans les primaires après une lutte acharnée d’Hillary Clinton et obtient le seuil requis des 2118 délégués nécessaires pour être investi. Hillary Clinton jette finalement l’éponge et se rallie à sa candidature au début du mois de juin 2008. Il obtient dès lors le soutien de nombreuses personnalités, de Al Gore à Bill Clinton en passant par John Kerry, John Edwards, la famille Kennedy, Warren Buffett, George Soros, George Clooney, Michael Moore, Matt Damon, Will Smith, Halle Berry, Sophia Bush, Scarlett Johansson, Toni Morrison, Oprah Winfrey etc, et même plus tard, Colin Powell, ex-chef d’état-major des armées et Secrétaire d’État de George W. Bush. Plusieurs grands quotidiens nationaux et régionaux déclarent également s’engager à ses côtés. En juillet, Barack Obama se rend en Afghanistan, en Irak, en Israël, en Allemagne (où il prononce devant une foule enthousiaste un discours aux accents kennediens et reaganiens), en France et au Royaume-Uni. En août, il choisit comme colistier Joseph Biden, sénateur du Delaware et président de la commission des Affaires étrangères au Sénat. Il est investi candidat officiel du parti lors de la Convention démocrate de Denver (Colorado) le 28 août, jour du 45e anniversaire du célèbre discours de Martin Luther King, I have a dream. Le magazine Time le classe 3eme sur la liste des cent personnes les plus influentes au monde.

5

Dans la course à la Maison Blanche, Barack Obama affronte le sénateur néo-conservateur John McCain, désigné lui au mois de mars 2008 par le parti Républicain. Ses adversaires politiques, jouant sur le racisme et l’islamophobie latente d’une partie des américains, ainsi que sur la peur du terrorisme, ne manquent pas de rappeler son deuxième prénom, Hussein, et font rimer Obama avec Oussama. Mais pour beaucoup d’américains désabusés par huit années de cynisme politique, il incarne l’espoir et la renaissance du rêve américain de société égalitaire et multi-raciale. Son programme séduit de larges pans de l’électorat: femmes, jeunes, personnes âgées, et pas seulement afro-américains, son talent consistant à dépasser l’enjeu racial sans toutefois renier ses origines. En pleine crise financière planétaire, alors que l’Amérique se découvre en quasi faillite, il parvient à imposer sa stature présidentielle lors des grands débats télévisés qui l’opposent à John McCain. Sa cote ne cesse de grimper dans les sondages et toutes les enquêtes d’opinion sur les intentions de vote lui allouent de 6 à 12 points d’avance sur son adversaire. Fort d’un trésor de campagne de plus de 600 millions de dollars (contre 150 millions pour McCain), il martèle son message au peuple américain via d’intenses et couteux spots publicitaires, dont notamment un film de 30 minutes diffusé fin octobre sur les sept plus grandes chaînes de télé du pays.

 

Le 04 novembre 2008, Barack Obama, 47 ans, est élu 44e président des États-Unis d’Amérique avec 52,5% des suffrages contre 46,2% pour son rival républicain John McCain . Il est le premier président noir de l’histoire des Etats-Unis. Officiellement investi le 20 janvier 2009, devant plus de deux millions de personnes venues participer à Washington à ce jour historique, Barak Obama commence sa présidence dans un contexte de guerre américaine en Irak et en Afghanistan, de conflit israélo-palestinien tendu (Massacre par Israël de plus de 1.300 palestiniens de la Bande de Gaza) et de grave crise financière et économique mondiale. Plus tard, il sera candidat à sa réélection lors de l’élection présidentielle de 2012. Il est opposé au républicain Mitt Romney, qu’il bat le 6 novembre 2012, remportant 332 voix du collège électoral et 51 % des suffrages au niveau national.

Le président sortant a lui-même annoncé sa victoire sur ses comptes Twitter et Facebook, avec des messages tels que « Four more years » (« Quatre ans de plus ») et « This happened because of you. Thank you » (« C’est arrivé grâce à vous. Merci »).

Les derniers mois de présidence de Barack Obama sont marqués par une popularité en hausse, avec une majorité d’opinions favorables au niveau national. Le républicain Donald Trump lui succède après avoir emporté l’élection présidentielle de 2016 face à la candidate du Parti démocrate, Hillary Clinton, soutenue par Barack Obama.

6

Lecture sur le même sujet :   « Les rêves de mon père » de Barack Obama

Author: adminopera

Laisser un commentaire

AlphaOmega Captcha Classica  –  Enter Security Code