L’Age d’Or du monde Islamique au travers de deux histoires

Categories: Evènements,Histoires,Lecture

Au XIIe siècle, en 1138, le roi Roger II de Sicile, fait appel au savant arabe andalous, Al Idrissi, pour créer un atlas détaillé du monde. Son travail est rassemblé dans le Livre de Roger, aussi appelé la Géographie.
Quelques siècles plus tôt, au IXe siècle, Fatima al Fihriya, savante arabe de Kairouan, avide de connaissances et passionnée par la lecture, fonde l’une des plus anciennes universités du monde à Fès au Maroc sous les idrissides, celle des Kairaouines…

 

  • Histoire d’Al Idrissi et du Roi Roger, deux grands hommes:

XIIe siècle au Maroc nous sommes à l’apogée de la civilisation islamique.
Al Idrissi est un érudit passionné mais très pauvre il a sillonné le monde afin d’élargir ses connaissance. Un soir, un messager frappe à sa porte et lui apporte une lettre qui va changer son existence, elle a été envoyée de Sicile par le roi Roger qui règne sur la Sicille, une île au Carrefour de l’Orient et de l’Occident. Dans son Royaume, juifs, chrétiens et musulmans cohabitent pacifiquement, à une époque où les croisades ont amené la haine et la guerre dans de nombreuses contrées. Roger connait l’importance de l’avancée de la science arabe il a même appris l’Arabe afin de profiter de ses enseignements. Désireux de rencontrer Al Idrissi il l’invite a venir en Sicille et lui propose un projet. Al Idrissi embarque donc pour l’Europe sans savoir ce qui l’attend. A son arrivée, il est

chaleureusement accueilli par Roger. Le roi lui révèle pourquoi il l’a fait venir de si loin:

 « Nous vivons dans un monde d’obscurité, déclare le souverain , nul ne sait ce qui se trouve au-delà. je veux une carte du monde et un compte rendu de tout ce qui est connu du monde aujourd’hui. »

Al Idrissi accepte ce projet et choisit douze hommes, chrétiens et musulmans pour l’accompagner dans cette incroyable aventure, les douze hommes lisent, se documentent, calculent, rassemblent des données. Marins, mathématiciens et scientifiques lui sont d’une grande aide et lui relatent ce qu’il connaissent. Roger et Al Idrissi veulent en savoir plus sur ce monde encore inconnu. Al Idrissi réunit plusieurs marins et après des mois de préparation ils mettent le cap sur ce monde inconnu sans savoir s’ils reviendront un jour. Le géographe passe de nombreux mois à les attendre avec anxiété. Jusqu’à ce qu’un jour, enfin, des marins reviennent de l’Orient.

Ils leur décrivent un monde magnifique, tout est consigné par les assistants d’Al Idrissi, Roger est fasciné par ce qu’il entend et il met beaucoup de ressources à la disposition du savant. De nouveaux aventuriers  partent à l’aventure. Plusieurs mois s’écoulent avant le retour du navire, ils ont mis le cap vers le Sud, un monde brulant comme ils le décrivent, d’ailleurs de nombreux marins ont succombé  à cette chaleur, d’autres avaient mis le cap vers le nord là où le soleil ne brille jamais…

Les récits des marins sont surprenants, petits à petits, pages après pages, les érudits conçoivent un livre et des cartes comme le monde n’en avait jamais vu. Roger est passionné par toutes ces découvertes etordonne la construction d’un planisphère d’argent pour ainsi, dit-il que jamais leurs découvertes ne soient perdues.

De nombreux mois plus tard durant lesquels l’inquiétude d’Al Idrissi ne faisait que s’accroitre, le navire qui était parti vers l’ouest revint enfin. L’équipage épuisé raconte son histoire. Ils sont allés aussi loin qu’ils pouvaient vers l’occident sans pour autant trouver de passage, la mer était trop vaste, trop noir, trop profonde.

 

Au bout de quinze années de travail le planisphère fut enfin achevé. Roger tomba malade et demanda sur son lit de mort à son fidèle compagnon Al Idrissi de prendre soin de leur Oeuvre.Malheureusement, suite au règne de Roger une période d’obscurantisme survint. Le planisphère fut fondu, les livres volés puis brulés. Tout aurait pu être perdu, mais Al Idrissi parvint a fuir en emportant avec lui ce qu’il put sauver de son chef d’oeuvre. Il parvint à gagner l’Afrique du Nord où il meurt en exil quelques années plus tard. La copie arabe de son livre a survécu. Pendant des siècles, sa carte guide des explorateurs dans leur navigation et le livre de Roger demeure un document unique à ce moment de l’Histoire…

 

  • Histoire de Fatima El Fihriya:

Nous allons remonter encore plus loin dans le passé à une époque où l’instruction est un rêve inaccessible au plus grand nombre. Voici l’étonnante histoire d’une petite fille dont la curiosité a changé le monde.

Fatima a vécu il y a plus de mille ans dans une ville au bord d’un grand désert. Kairouan est à ce temps là une très grande ville commerçante de Tunisie. Fatima y passe ses journées dans les marchés à explorer le monde et faire de nouvelles connaissances.

 

Derrière le sourire de Fatima se cache une profonde tristesse. Quelques années plus tôt, elle avait perdu sa mère. Son père se retrouve donc seul pour élever ses deux filles Fatima et sa soeur. Malgré cette perte cruelle Mohamed El Fihriya élève Maryam et Fatima du mieux qu’ilpu. Mohamed est marchand à Kairouan , il fait tout ce qu’il peut pour prendre soin de ses filles. Fatima suit son père comme une ombre, elle l’interroge inlassablement sur le monde,Mohamed fait du mieux pour l’instruire et encourage sa soif de connaissance. Un jour, elle s’introduit dans le bureau de son père pour voir ce qu’il y contient et ce qu’elle y trouve fait voyager son imagination… Elle veut connaître les merveilles que recèlent les palais des rois et des reines, elle veut parler aux explorateurs qui ont navigué jusqu’aux confins du monde…

L’existence de Fatima aurait pu se poursuivre ainsi, riche de projets et de rêves avenirs, mais le destin a voulu qu’elle prenne un tout autre cours. De nombreuses émeutes éclatent à Kairouan et de nombreux habitants prennent fuite dans le désert dont la famille de Fatima. Le père emmène ses filles et ils se mettent en route vers un avenir incertain. Pendant des mois, le père et ses filles parcourent les routes peu sûres d’Afrique du Nord, ils traversent de vastes étendues de désert et de montagnes. La maison familiale est bien loin et Fatima a abandonné ses rêves de savoir et de connaissance. A quels espoirs peut-elle se raccrocher désormais?

Ils atteignent finalement les faubourgs de Fès, épuisés. C’est la que le père de Fatima veut s’installer. Les années ont passé, Fatima lapetite fille si curieuse est devenue une jeune femme intelligente. A l’époque, Fès est une ville frontière qui fourmille de marchands, d’aventures, et de voyageurs à la recherche d’un nouveau départ.

Peu à peu les affaires on repris pour le père de Fatima. Maryam, sa soeur s’occupe toujours du foyer familiale. Fatima est heureuse dans ce foyer, elle explore le monde comme elle l’a toujours fait. Un jour, elle voit quelque chose qui réveille en elle des rêves depuis longtemps endormis La ville s’est développée et sa réputation a attiré des érudits de tout le monde islamique venus partager leur savoir. Fatima entrevoit la possibilité qu’une porte qu’elle croyait close à jamais s’ouvre à nouveau devant elle. Chaque jour elle arpente la ville à la recherche d’une marchandise plus précieuse que toutes les autres, la connaissance. Les érudits parlent de sciences, d’astronomie et d’histoires anciennes.

Un jour malheureusement, le père de Fatima tombe gravement malade, Fatima reste à son chevet et n’arpente plus les rues des marchés, elle lui fait part de tout ce qu’elle a pu apprendre et lui raconte ses rêves de connaissance, lui énumère les grands savants qu’elle souhaite rencontrer. Les semaines passent mais l’état du père ne s’améliore pas, et malgré les médecins qui viennent le voir leur père adoré prend congé de ce monde. Fatima est anéantie, elle mange à peine, elle ne dort plus, et ses livres se couvrent de poussière. Pourquoi a-t-elle gâché un temps si précieux dans d’inutiles études? Tout ce qu’elle aime a disparu. Elle reste de longs mois dans cet état jusqu’à ce que sa soeur Maryam se rende compte qu’elle doit sortir Fatima du chagrin qui l’emprisonne.

Fatima se débarrasse des vêtements de deuil qui la dissimulent depuis si longtemps et comme son père le lui a conseillé, elle se doit de se tourner vers l’avenir. Le père des deux soeurs leur a légué une immense fortune et Fatima sait comment utiliser cette nouvelle richesse. Elle se souvient des paroles du prophète (pbsl): « Acquière le savoir, il est notre ami dans le désert, notre compagnie dans la solitude, notre guide vers le bonheur ». Fatima décide alors de financer la construction d’une mosquée dans sa ville, c’est elle qui pose la première pierre à l’édifice. Réalisée avec des matériaux venus du pays de son père, ce sera la mosquée Al-Karaouin.

De nombreuses années s’écoulent et la mosquée de Fatima est devenue l’une des plus respectées de la ville, elle attire de nombreux érudits qui viennent enseigner dans sa cour. Au fil des ans, la réputation de son enseignement grandit et elle est considérée comme une des meilleures écoles de la région. On y aperçoit souvent une vieille femme qui vient écouter les sages leçons des érudits de la mosquée….
Aujourd’hui, la mosquée de Fatima qui est devenue l’Université de Fès est le centre d’enseignement en activité le plus ancien au monde.

Voici donc deux histoires qui se sont passées durant l’Age d’Or du monde islamique. Et qui sont très inspirantes pour nous, afin de retrouver le rôle qu’on pourrait avoir dans la société actuelle.

 

Author: Soumya Rais

Laisser un commentaire

AlphaOmega Captcha Classica  –  Enter Security Code