Le Pouvoir dans le Théâtre Shakespearien

Categories: Uncategorized

Le pouvoir dans le Théâtre Shakespearien

  •     Shakespeare, sa vision du temps des rois
« Les esprits infectés veulent décharger leurs secrets dans leurs oreillers sourds ».

(Macbeth, Acte V, scène 1)

Portait de William Shakespeare. Peinture à l’huile de Louis Coblitz (1814-1863)

Shakespeare est née le 23 avril 1564 à Stratford sur Avon, dans le comté du Warwickshire (région du centre de l’Angleterre). À Stratford, il effectue des études classiques à l’upper school. Comédien, poète et dramaturge de profession, il débute sa carrière avec les poésies de Vénus et Adonis en 1593, et écrit sa première pièce de théâtre, Henri VI en 1588-1592. Son premier succès est La Mégère apprivoisée, qui est une comédie de 1592-1595, puis la fameuse pièce de Roméo et Juliette, qui est une tragédie de 1592-1595. À la suite, il écrit une quarantaine de pièces. Parmi les comédies nous avons : Le Songe d’une nuit d’été écrit entre 1592 et 1595, puis Beaucoup de bruit pour rien (1595-1600). Parmi les tragédies nous avons Macbeth et Le Roi Lear entre 1605 et 1607, Hamlet également entre 1595 et 1600. Puis parmi les drames historiques nous avons Richard II (1595-1600) et Richard III (1592-1595).

Shakespeare vit une période de grandes transformations politiques, sociales, religieuses et artistiques. L’anglicanisme va apparaître, c’est une nouvelle religion qui s’affirme ! De plus, nous assistons à un essor économique sans précédent. Londres, capitale du royaume, prend un impact considérable en devenant un centre financier et intellectuel. Dans les Arts, l’Angleterre entre dans une forme de renaissance en découvrant les grands textes de l’Antiquité. Nous découvrons alors une poésie originale, qui va se développer, notamment le théâtre, que l’on nommera le théâtre élisabéthain, qui va vite s’imposer avec rapidité et puissance.

Macbeth est l’une des quatre grandes tragédies de Shakespeare. L’histoire se résume à un régicide sombrant ensuite dans la tyrannie. Mais la pièce de Macbeth est plus qu’une représentation mettant en œuvre une simple tragédie par la mort d’un roi vaniteux, cela nous montre la limite que peut enfreindre l’humanité. La rencontre avec les sorcières ne serait qu’une simple allégorie de la noirceur de l’homme. Aussi le tyran n’existerait point sans sa femme, Lady Macbeth. En effet, les époux Macbeth sont tels des monstres, des humains contre-nature, c’est en tout cas ce que nous laisse entendre Shakespeare. Le pouvoir royal est ainsi représenté au théâtre de façon caricaturale et très métaphorique.

J’ai pu aussi assister à une conférence organisée par le musée du Louvre, qui portait exactement sur le sujet que je traite, et qui donnait une analyse très intéressante à propos de l’évolution du théâtre, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. La problématique est de tous temps la même : le pouvoir.

  •        L’Infâme Réalité dans les Pièces de Théâtre

La caricature est généralement utilisée pour tourner en dérision certains personnages réels et historiques, et leur étude nous permet de mieux comprendre le contexte de l’époque dans laquelle elles ont vu le jour. Shakespeare est le parfait exemple de dramaturge qui utilise cette forme d’expression, ce n’était pas la seule chose qu’il savait faire, mais la plus pratique, car il devait écrire de nombreuses pièces pour la dernière reine Tudor, Elisabeth Ier (1533-1603).

À la vue de Richard III, la pièce de Shakespeare, nous avons la sensation qu’il a pu régner longtemps, ce qui n’est en fait pas le cas. Nous constatons la même chose dans le cas du roi Richard II, qui lui, a vécu bien plus longtemps, avant d’être renversé par son cousin. Richard II, autre pièce de Shakespeare est aussi l’un des premiers édifices de toute cette suite de pièces à propos des rois d’Angleterre. Richard III a un aspect physique monstrueux dans la pièce portant son nom, tandis que dans le cas de Macbeth, ce sont ses agissements qui donnent au roi cet aspect d’horreur.

  •        Finissons sur une Note de Culture

Ce que nous pouvons retenir est que dans le théâtre Shakespearien, le dramaturge nous représente le pouvoir royal comme une chose imparfaite, nous avons la sensation que les souverains ne sont qu’à un pas de la cruauté, c’est pour cela qu’on assimile le couple Macbeth à des monstres, cela nous plonge dans la parfaite tragédie Shakespearienne, avec une chute qui se termine généralement par la mort du symbole royal.

Et pour finir, je vous propose quelques tableaux qui ont été inspiré de cette célèbre pièce du théâtre anglais :

 

Macbeth, acte V, scène 1 : Lady Macbeth en somnambule, un flambeau à la main, terrassé par ses crimes commis avec son époux. Un médecin et une dame la scrutant du regard. Peinture à l’huile de Johann Heinrich Füssli (1741-1825)

 

Macbeth et les sorcières. Gravure d’après une illustration de Gustave Doré

Author: Sarah Milica Cerovski

Laisser un commentaire

AlphaOmega Captcha Classica  –  Enter Security Code